« Tied in Nots » montre l’art des étudiants VADA

lié-dans-nots-zeisha-bennett-col

Zeisha Bennett / Batteuse

Par Hugo Gerbich-Pais 12/04/22 23:15

La bourse d’exposition Mavis C. Pitman est décernée chaque année à trois ou quatre étudiants en arts visuels et dramatiques avec des concentrations en arts visuels ou en études cinématographiques. La subvention en espèces de 1 500 $ permet à ces artistes de créer un ensemble d’œuvres originales à exposer au Moody Center for the Arts.

L’exposition de cette année, intitulée « Tied in Nots », présente le travail de Ling DeBellis, Christine Gjoerup, Catherine Hettler et Alissa Kono, et s’est déroulée du 3 au 31 mars.

Ling DeBellis, qui poursuit une double spécialisation en VADA et en biosciences, a déclaré qu’il appréciait la flexibilité de la bourse.



« J’ai pu garder ma question très générale : j’avais besoin de 80 $ pour acheter la résine, 400 $ pour payer un photographe professionnel, car j’avais besoin de tirages photographiques », a déclaré DeBellis, étudiant au Collège Martel. « [VADA department professors] ne vous retenez pas avec votre proposition, c’est juste pour que vous ayez une idée de ce qu’il faut faire.

La bourse a permis à DeBellis de poursuivre son travail en explorant la sexualité dans son exposition, intitulée « Grapefruit ».

L’exposition a élargi le précédent projet « Spermatozoa » de DeBellis, présenté à Thresher au printemps dernier, centré sur du sperme humain donné par des étudiants de Rice et suspendu à l’intérieur de sous-verres en époxy transparent.

Bellis a pu incorporer des sous-verres « Spermatozoa » dans « Grapefruit ». Selon la description de l’exposition, l’installation immersive multimédia répond à la sexualisation et à la fétichisation des femmes asiatiques profondément enracinées dans la société.

« Mon espace d’affichage au Moody était une version d’un bar asiatique pervers : il était censé donner des vibrations de club de strip-tease miteux, puis il y avait deux courts métrages, les sous-verres » Sperm « et plusieurs photos de moi en train de modeler dans des costumes fantaisistes. Stéréotypes asiatiques », a déclaré De Bellis.

Catherine Hettler, double majeure en psychologie et VADA, a déclaré que la bourse l’avait poussée à devenir plus confiante dans la création d’œuvres à grande échelle.

« L’exposition Pitman m’a définitivement encouragé à être plus ambitieux dans mes projets et à travailler à plus grande échelle », a déclaré Hettler, senior au McMurtry College. « Ma pièce, ‘Shhh’, était quelque chose comme 80 x 66 x 120 pouces, et absolument l’une des plus grandes pièces que j’ai faites jusqu’à présent. Cela m’a aidé à surmonter l’intimidation que j’avais quand il s’agissait d’élargir mon art et j’ai vraiment apprécié la pièce finie. »

La bourse a permis à DeBellis et Hettler d’explorer leur identité à travers l’art.

« ‘Shhh’ a été inspiré par une berceuse coréenne de mon enfance et fait référence au confort douillet de la protection maternelle et à la quête instinctive d’indépendance de l’enfant errant », a déclaré Hettler. « En exposant ‘Shhh’, j’ai senti que je pouvais partager avec la communauté ce que je considère comme faisant partie intégrante de mon bagage culturel et inviter les gens dans mon studio de confort et de mémoire. »

Hettler a déclaré que son expérience l’avait encouragée à poursuivre l’art après l’obtention de son diplôme.

« J’ai toujours prévu de continuer l’art après l’obtention de mon diplôme, mais cette opportunité a certainement contribué à le consolider et à le renforcer », a déclaré Hettler. « J’ai pu, avec cette pièce, incarner de nombreux thèmes et objectifs qui ont été présents dans mon travail au fil des ans, et la pièce reflète vraiment mon ambition sculpturale croissante. »

DeBellis a déclaré que la bourse lui avait permis de grandir en tant qu’artiste et conteuse tout en améliorant son art.

« La bourse a fait de moi un artiste professionnel et m’a montré comment une exposition peut être utilisée pour raconter une histoire », a déclaré DeBellis.


Laisser un commentaire