L’exposition Spring Senior s’ouvre le 19 avril à la galerie d’art Marion à Fredonia

affiche pour une exposition d'art

« A Baker’s Dozen », l’exposition printanière pour les aînés du département des arts visuels et nouveaux médias, ouvre le mardi 19 avril à la Galerie d’art Cathy et Jesse Marion.

Présentée jusqu’au 10 mai, l’exposition comprend des œuvres de 13 étudiants de premier cycle : Hunter Bardin (arts cinématographiques et vidéo), Mary Colligan (design graphique), Olivia Dursi (design graphique), Katy Fermin (photographie), Angeline Ginsberg (céramique), Matthew Henze (films et arts vidéo), Shannon Lynch (dessin et peinture), Sean Marchant (conception graphique), Owen McGuire (photographie), Francesca Olivo (céramique), Sadie Peers (animation et illustration), Jessie Stahlman (conception graphique) et Wilson Thorpe (conception graphique).

Un accueil est prévu le vendredi 22 avril, de 18h à 21h.L’exposition et l’accueil sont gratuits et ouverts au public.

Le style visuel du court métrage « Phantasmagoria » de Hunter Bardin s’apparente à celui des marionnettes en papier et du théâtre fantasmagorique dans lequel des créatures hideuses étaient projetées derrière les acteurs sur scène. Avec ce film, Bardin explore comment l’anxiété peut se manifester dans l’esprit d’une personne et comment de mauvaises pensées s’insinuent en nous plus nous nous attardons sur l’avenir.

Mary Colligan aborde l’accessibilité des fauteuils roulants dans sa campagne de promotion de l’image de marque du restaurant « Common Grounds Café ». Elle écrit: «Il y a eu de nombreuses fois dans ma vie où j’ai été tirée dans les escaliers dans mon fauteuil roulant juste pour entrer dans un restaurant. Les entrées accessibles de certains restaurants se trouvent à l’arrière, ce qui non seulement me donne l’impression d’être un citoyen de seconde classe, mais c’est aussi gênant de naviguer dans l’espace bondé pour se rendre au premier rang. »

La série d’affiches d’Olivia Dursi raconte l’histoire d’une ville fictive, Pompay, NY, victime d’une catastrophe à la suite d’un festival de musique raté, qui a entraîné l’effondrement de leur base militaire sur elle-même, ne laissant aucun survivant. L’histoire est inspirée de sa ville natale, Rome, New York

Dans sa série photographique « Doll Face », Katy Fermin aborde l’image négative du corps, un grave problème qui affecte l’estime de soi des femmes. Barbie subit une chirurgie plastique mensuelle en 15 photographies.

Avec des sculptures en céramique d’animaux interspécifiques, Angeline Ginsberg représente l’instinct d’une mère à prendre soin d’un enfant même si ce n’est pas le sien. Ginsberg écrit : « Les chiots sont couchés paisiblement, sachant que leur mère est alerte, à l’écoute et prête à les protéger à tout prix. Bien que les animaux puissent provenir d’une autre espèce, grâce à des facteurs tels que le toucher et l’odorat, les chiots, comme les humains, comprennent qui est leur mère et lui font confiance pour les protéger et les nourrir. »

Dans son installation vidéo interactive intitulée « Production », Matthew Henze permet aux visiteurs de la galerie de nettoyer l’environnement. La vidéo montrée est une forêt jonchée d’ordures. Alors que les téléspectateurs commencent à mettre plus de déchets de l’installation dans un bac de recyclage, la vidéo des déchets dans la forêt est progressivement remplacée par une forêt propre et luxuriante.

La série de peintures « Affect » de Shannon Lynch comprend neuf diptyques sur le parcours des gens à travers sa vie. Il se concentre sur leurs inspirations et sur la façon dont ils ont évolué et défini leur vie de l’enfance à aujourd’hui.

Sean Marchant résume ses recherches sur le département des arts visuels et des nouveaux médias de Fredonia dans sa publication originale « TYPO Magazine ». Il écrit : « Je veux que les gens partagent ce qu’ils pensent de leurs expériences avec VANM afin que nous puissions grandir en tant que département. Je veux que les élèves et les enseignants aient l’impression que c’est une maison et pas seulement un lieu de travail. C’est l’un des plus longs projets sur lesquels j’ai eu l’honneur de travailler. Mon espoir est que ce soit plus qu’un magazine à un seul numéro. »

À travers de longues expositions photographiques et des tirages grand format, Owen McGuire documente les événements naturels des phénomènes nocturnes tels que la foudre, la couverture nuageuse, la neige, la pluie, les phases de la lune et les étoiles filantes.

Francesca Olivo explore la façon dont les humains se connectent les uns aux autres et à la nature avec sa table basse et son service à thé en céramique faits à la main. Il écrit : « Nos relations avec les autres sont vitales. Nous sommes aussi intrinsèquement connectés à la terre. Les fleurs nous aident à nous sentir connectés à notre monde. Nous les découpons de la terre et les amenons à l’intérieur pour se prélasser temporairement dans leur beauté ».

« Walter et Willow », un livre pour enfants écrit et illustré par Sadie Peers, présente une histoire sur le lien entre un grand-père et une petite-fille. L’histoire traite de l’importance de la famille, de la communauté et des petits moments « en or ».

À l’aide des cartes « Princess of Pentacles » et « Queen of Swords », Jessie Stahlman étudie le langage visuel des cartes de tarot ainsi que leur identité et leur iconographie en tant que jeu de cartes. Des affiches et des coiffes en papier représentent les deux personnages.

L’installation « SWAP » de Wilson Thorpe est une boutique de lutte contre le gaspillage textile. Des affiches annoncent le magasin et des brochures décrivent ce problème crucial. Un rack de vêtements réparés (recyclés) démontre la solution. L’Américain moyen jette environ 82 livres de vêtements chaque année, et plus de 100 millions de tonnes de déchets textiles sont créés chaque année dans le monde.

« A Baker’s Dozen » est soutenu par le Département des arts visuels et des nouveaux médias, le Fonds de dotation Cathy et Jesse Marion de la Fredonia College Foundation et les Amis du Rockefeller Arts Center.

Les horaires d’ouverture de la galerie sont : du mardi au jeudi de 12h00 à 16h00, le vendredi et le samedi de midi à 18h00, le dimanche de midi à 16h00 et sur rendez-vous. La galerie est située au niveau principal du Rockefeller Arts Center.

Pour plus d’informations ou pour une visite de groupe de l’exposition, contactez la directrice de la galerie Barbara Räcker au (716) 673-4897 ou par courriel.

Laisser un commentaire