Les médias, les groupes de fans passent la Formule 1 à la vitesse supérieure

Plus de 300 personnes se sont présentées pour regarder le Grand Prix d’Australie lors d’une soirée horlogère à San Francisco.Twitter

Alors que la Formule 1 poursuit son ascension rapide aux États-Unis vers sa première course à Miami le mois prochain, les activités organisées des fans et des médias autour du sport s’accélèrent également rapidement.

Plusieurs sociétés de médias basées aux États-Unis ont commencé à consacrer de nouvelles ressources à la couverture de la F1 cette année, et dans une tendance similaire à l’augmentation du visionnage du football européen en Amérique, les bars à travers le pays lancent de nouvelles fêtes lors de compétitions ou en rapportant des records de club insensés.

Les classements de podcasts qui suivent les émissions sportives les plus populaires aux États-Unis sont désormais peuplés d’une pléthore de différents programmes liés à la F1. The Ringer de Bill Simmons a lancé un spectacle de F1 particulièrement populaire cette année à peu près au même moment où il a clôturé un spectacle de baseball.

« The Ringer F1 Show » est animé par le journaliste Kevin Clark. La semaine qui a suivi l’ouverture de la saison de F1 à Bahreïn le mois dernier, il a été classé comme le podcast n°1. 4 en Amérique par Chartable, derrière seulement « The Dan Le Batard Show », « Pardon My Take » de Barstool Sports et « Bill Simmons » de The Ringer Podcast. « Cette semaine-là, une demi-douzaine de podcasts liés à la F1 figuraient parmi les 100 meilleurs. Les équipes de F1 le remarquent ; le PDG de McLaren Racing, Zak Brown, est apparu dans l’émission « The Ringer » la semaine dernière.

Barstool Sports n’a pas encore annoncé de spectacle officiel de F1, mais certains des principaux influenceurs de l’entreprise, dont Dan « Big Cat » Katz, ont commencé à tweeter régulièrement pendant les courses, et Barstool vend désormais des articles sur le thème de la F1 dans sa boutique en ligne, y compris des chemises rouges. avec les visages des pilotes Ferrari et d’autres avec les pilotes McLaren.

« The Dan Le Batard Show » a maintenant un segment hebdomadaire « F1 minute » animé par Jessica Smetana de l’émission, et le présentateur Jon « Stugotz » Weiner a fait une diatribe dans l’émission de la semaine dernière sur la façon dont « tout le monde va ». [now] un fan de F1, et tout le monde tweete à ce sujet. »

Pendant ce temps, des fan clubs voient le jour aux États-Unis pour que les fans puissent regarder les courses ensemble. Certains existent depuis des années mais connaissent une croissance record.

Trademark Brewing, un bar de Long Beach, en Californie, vient de commencer à organiser des soirées F1 cette année et a accueilli au moins 100 personnes lors de son dernier événement, selon Scott Wenger de Trademark.

« Nous nous intéressons à la F1 et à d’autres événements sportifs, nous pensions donc que d’autres l’étaient aussi et n’étions pas au courant d’autres types d’événements de vision similaires. [in Long Beach]nous avons donc pensé que la question était là et il s’est avéré que c’est le cas », a déclaré Wenger.

Ailleurs, un groupe de San Francisco qui regarde les courses ensemble depuis 2005 vient d’établir un nouveau record de fréquentation il y a deux semaines pour le Grand Prix d’Australie. Selon le co-fondateur du groupe, Peter Habicht, plus de 300 personnes se sont présentées au lieu de rencontre habituel du groupe, le Kezar Pub, pour assister à la course qui a commencé à 22 heures, heure locale. Habicht, un producteur de contenu F1, gère un compte Twitter appelé « F1 in America » ​​​​qui compte près de 12 000 abonnés.

Austin, Boston, Charlotte, Chicago, Miami, New York, Philadelphie et Washington, DC, sont parmi les autres villes qui ont des groupes de fans.

Laisser un commentaire