Le Festival des pow-wow et des cultures autochtones éduque et rassemble les communautés – The Lawrence Times

Partagez ce message ou enregistrez-le pour plus tard

Des centaines de personnes se sont rassemblées au Lied Centre samedi pour le festival annuel des cultures autochtones et pow-wow de l’Association des étudiants des Premières Nations (FNSA).

Le festival regorgeait d’activités pour les personnes de tous âges, notamment des concours de danse en journée, des conférences éducatives, des histoires avec des élus, etc.

Annonce

A l’extérieur du Centre du Lied, de nombreux stands ont été installés afin que les artistes et artisans indigènes puissent vendre leur travail.

Hannah Wahwasuck (Prairie Band Potawatomi) était l’une des personnes qui ont vendu leur art ou d’autres produits au festival. Wahwassuck est diplômée de la Haskell Indian Nations University en décembre, a donné naissance à son fils puis a lancé sa propre ligne de maquillage, Han’s Honey, qui comprend des palettes de fards à paupières maison, des cils, des brillants à lèvres et plus encore, quelques semaines seulement après.

« Je cherche à être la prochaine Mary Kay indigène », a-t-elle déclaré fièrement en décrivant ses récents efforts pour mettre ses produits sur les tablettes des magasins.

La cousine de Wahwassuck, Juliet Kellar (Prairie Band Potawatomi) l’aidait au stand. Il s’est dit ravi de voir une telle participation au festival, d’autant plus qu’il s’agit de la première réunion en personne depuis 2019.

« Personnellement, j’adore ça parce que de tout ce que les autochtones ont vécu, nous sommes ici, vendons des trucs, revenons », a-t-il ri. « Et avec COVID, il n’y a pas eu de pow-wow, et ça a été vraiment difficile pour beaucoup de gens. Ça fait plaisir de voir la communauté intéressée à venir faire des choses comme ça. »

L’un des moments forts plus tôt dans la journée a été la représentante du Kansas Christina Haswood (Diné) lisant « Sofia Valdez, Future Prez » sur la scène principale du Lied Center, entourée d’enfants assis sur des coussins conçus pour ressembler à des bûches.

Emma Bascom / The Lawrence Times La représentante du Kansas, Christina Haswood, de Lawrence, fait la lecture devant un public au Powwow and Indigenous Cultures Association des étudiants des Premières Nations de la KU, le 9 avril 2022 au Lied Center.

Pendant qu’il lisait, Haswood a interagi avec les enfants, leur donnant parfois des conseils liés à l’histoire : « Parfois, vous devez poser des questions et remettre en question le système », leur a-t-il dit. Il a certainement ravi certains de ses jeunes électeurs lorsqu’il a plaisanté sur la mise en place d’un département de fromage à Lawrence, comme dans le livre.

« Je pensais que c’était vraiment bien parce que nous avons besoin de plus de femmes en politique et d’encourager les jeunes à s’impliquer dans l’engagement civique, et je pensais que cette histoire était parfaitement (encapsulée) », a déclaré Haswood.

Haswood est née et a grandi à Lawrence et a participé à des pow-wow et à d’autres événements depuis son plus jeune âge.

« Comme Lawrence est une sorte de creuset avec Haskell, j’ai appris à danser les pow-wow et cela m’a permis de rester en contact avec ma culture », a-t-elle déclaré. « C’est donc vraiment agréable de voir tant d’efforts de la part de la communauté et de tous ceux qui ont passé le mot au cours des deux dernières semaines pour nous aider à célébrer. »

Haswood était ravi de travailler avec les jeunes autochtones de Lawrence pendant le festival parce qu’il lui a montré qu’ils « se sentent plus reconnaissants pour leur culture ».

« J’ai grandi gênée par ma culture, mais je pense que les temps changent et que nous adoptons la diversité, l’équité et l’inclusion, donc je suis heureuse d’y jouer un petit rôle », a-t-elle déclaré.

Annonce

Haswood a également expliqué comment ces types d’événements éducatifs aident la communauté, citant notamment une conférence de la consultante et historienne autochtone locale Jancita Warrington (Menominee, Prairie Band Potawatomi et Ho Chunk) sur l’histoire et l’étiquette des pow-wow.

« C’est vraiment formidable que les gens s’y intéressent, mais ils font aussi ce pas … conscient pour ne pas être offensant », a déclaré Haswood. « J’ai l’impression que les gens qui ne sont pas autochtones se sentent un peu intimidés par les pow-wow, donc plus nous pouvons faire pour les aider à les rencontrer là où ils se trouvent et (les aider) à se sentir les bienvenus parce qu’ils peuvent profiter de notre culture comme nous aussi. (mieux). « 

Photographie de Nathan Ham via Jancita Warrington Jancita Warrington

La conférence de Warrington au Lied Center Pavilion, qui a commencé lorsque le festival a commencé à 11h00, était bondée, avec de nombreuses personnes debout autour de la salle pour écouter. Elle s’est dite « ravie » de voir autant de monde « parce que c’est vraiment très nécessaire ».

« Je pense qu’il est très important d’avoir la capacité de contrôler ce récit, sans être écrasant et sans provoquer de déconnexion, mais en les engageant d’une manière et en leur enseignant réellement comment nous aimerions que quelqu’un d’autre nous enseigne une autre culture », a déclaré Warrington. .

Il a déclaré qu’il croyait que cette éducation aidait à briser les stéréotypes et à favoriser une « nouvelle forme d’appréciation » des cultures autochtones. Il a dit que, parfois, les gens ont tendance à rester à l’écart des événements qui n’appartiennent pas à leur culture parce qu’ils craignent de s’immiscer ou d’être engourdis.

Lors de la conférence, Warrington a souligné qu’aucune question n’était ignorante et a travaillé pour éduquer le public afin qu’il se sente à l’aise d’assister au pow-wow du soir, le plus grand événement et celui qui clôturerait le festival.

« Nous ne sommes pas aussi divisés que nous le pensons. Tout le monde aime dire que nous vivons tous dans la même communauté ici, et ce n’est pas une réserve, dit Lawrence. C’est l’une des choses dont nous sommes fiers, c’est d’avoir une culture et une communauté ici « , a déclaré Warrington. » Je suis si heureux de voir beaucoup de gens parce que je pense que quand ils vont au pow-wow, ils ont une compréhension différente et sont plus susceptibles de s’engager et de participer parce qu’ils se sentent les bienvenus, mais ils comprennent aussi un peu ce qui se passe. »

Une grande partie de la conférence de Warrington éduquait son auditoire sur l’étiquette du pow-wow. Parfois, dit-il, les gens voient les pow-wow comme un spectacle et pensent qu’il n’y a pas de mal à toucher les pancartes ou les cheveux des danseurs.

«Nous apprenons tous encore en cours de route. … Je pense que même quand les gens font des choses ou disent des choses très ignorantes, je me dis simplement: ‘OK, eh bien, super, c’est ma chance de les éduquer. C’est pour moi l’occasion de m’asseoir avec eux et de leur expliquer pourquoi ce n’est pas ceci ou cela ou pourquoi cela pourrait être nocif ou douloureux.' »

Il a dit que la moitié du temps, les gens ne réalisent pas qu’ils sont offensants « parce qu’ils ont eu une mauvaise éducation à l’école publique et c’est ce qu’ils ont appris ».

« Éduquer et s’engager, mais de manière positive, contribue grandement à notre communauté », a déclaré Warrington.

Annonce

Warrington s’est dit ravi que le festival continue de se développer à ce titre et pense que la composante éducative du festival y est pour beaucoup.

« Plus il grandit, plus ça me dit que la communauté comprend ça et veut le savoir, ce qui fait que tout le travail en vaut la peine. »

La présidente du corps étudiant de la KU, Niya McAdoo, était bénévole au festival et a déclaré avoir travaillé avec d’autres toute l’année pour comprendre comment le sénat étudiant peut soutenir le festival.

« Je me rends compte à quel point cela est important pour notre communauté, en particulier notre communauté autochtone sur le campus et pour Lawrence en général », a déclaré McAdoo.

McAdoo a déclaré qu’il voulait faire du bénévolat en partie parce qu’ils pensaient qu’il était important de « juste témoigner et faire partie de cette communauté ».

« Je pense qu’il est vraiment important, surtout pour nous qui vivons dans un État de plaine, de reconnaître qu’il y a une histoire indigène très riche ici, les communautés sont toujours là », a déclaré McAdoo. « Donc, pour pouvoir continuer à voir ces traditions et ces cultures perdurer malgré le colonialisme et les efforts pour l’enlever, je pense que c’est vraiment important, et c’est tout simplement génial d’être ici. »

Si notre journalisme est important pour vous, aidez-nous à continuer à faire ce travail.

Soutenez le Lawrence Times

Ne manquez pas un battement … Cliquez ici pour vous abonner à nos newsletters par e-mail

Emma Bascom (elle / elle), journaliste, peut être contactée à ebascom (at) lawrencekstimes (point) com. En savoir plus sur son travail pour le Times ici. Consultez la biographie de son personnel ici.

Dernières nouvelles de Laurent :

Partagez ce message ou enregistrez-le pour plus tard

Centinaia di persone si sono radunate sabato al Lied Center per l’annuale Festival Powwow e Indigenous Cultures della First Nations Students Association (FNSA), che è stato ricco di attività, tra cui gare di ballo durante il giorno, lezioni educative, storie e altro encore.


Partagez ce message ou enregistrez-le pour plus tard

KU voulait inciter les étudiants à passer un test COVID-19 à leur retour sur le campus pour le semestre d’automne 2020. Les recherches ont montré que les étudiants étaient bien plus intéressés par un pari de 100 $ que par une garantie de 5 $.

Jeff Burkhead / Photo contribuée

Partagez ce message ou enregistrez-le pour plus tard

Selon le centre de santé mentale communautaire Bert Nash, les élèves du district scolaire de Lawrence continueront de bénéficier du soutien d’un programme de santé mentale et comportementale au sein de l’école en raison de l’incertitude quant à une source de financement pour l’année scolaire 2022. 23.


Partagez ce message ou enregistrez-le pour plus tard

Un homme de Lawrence a été tué dans un accident au large de la Kansas Highway 10 vendredi soir et un homme de Mayetta a été grièvement blessé, selon un rapport sur l’incident de la Kansas Highway Patrol.

Carter Gaskins / The Lawrence Times

Partagez ce message ou enregistrez-le pour plus tard

Le comité du défilé de la Saint-Patrick de Lawrence a accordé vendredi à trois organisations de la région un total de 69 000 $ pour soutenir leur travail auprès des enfants.

EN OUTRE …

Laisser un commentaire