L’administration Biden reprendra le bail pour le forage pétrolier et gazier sur les terres fédérales

WASHINGTON – L’administration Biden a déclaré qu’elle reprendrait la vente de baux pour forer du pétrole et du gaz sur des terres fédérales à partir de la semaine prochaine, mais avec une forte réduction du nombre d’acres offerts et une augmentation des redevances que les entreprises doivent payer pour le forage.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé lundi qu’il émettrait un avis de vente pour des baux pour forer 144 000 acres de terres gouvernementales, 80% de moins que ce qui avait été initialement estimé pour un bail potentiel.

Le président Joe Biden, qui a appelé à la fin des forages sur les terres fédérales pendant la campagne électorale, a cherché des moyens d’augmenter temporairement la production d’électricité aux États-Unis pour aider à faire baisser le prix du gaz. Son administration subit une pression croissante pour faire plus pour réduire les prix du gaz, les républicains en particulier affirmant qu’elle devrait autoriser davantage de forages.

Les experts de l’industrie disent qu’il faudra au moins six mois à un an pour que de nouveaux forages sur les terres fédérales produisent des approvisionnements supplémentaires et réduisent finalement le coût du gaz, qui est devenu un problème majeur pour les élections de mi-mandat.

La moyenne nationale pour un gallon d’essence ordinaire était de 4,07 $ vendredi, contre 4,31 $ le gallon il y a un mois, selon l’American Automobile Association.

Les écologistes ont immédiatement fustigé l’annonce du bail.

« Non seulement cela dévaste notre planète, c’est une aumône pour les grandes sociétés pétrolières aux dépens des Américains moyens, qui subiront le poids de ses ramifications sociales, sanitaires et financières », a déclaré Dan Ritzman, directeur de Lands Water Wildlife au Sierra Club, dans un communiqué. « Nous exhortons l’administration Biden à saisir cette opportunité historique pour tenir ses promesses électorales, remplir l’engagement mondial d’agir sur le climat et servir les communautés américaines en supprimant progressivement la production de pétrole et de gaz sur les terres et les océans publics. »

Au cours de la campagne présidentielle de 2020, Biden avait appelé à la fin complète des forages pétroliers et gaziers sur les terres fédérales, mais les tribunaux n’étaient pas d’accord avec son moratoire initial qu’il avait signé lors de sa prise de fonction.

Fin février, l’administration a déclaré qu’elle retardait les décisions concernant de nouveaux forages pétroliers et gaziers sur des terres fédérales après qu’un tribunal fédéral a empêché les agences fédérales d’utiliser une estimation connue sous le nom de « coût social du carbone » pour évaluer les dommages causés par les émissions de carbone provenant de l’énergie. production.

L’annonce du ministère de l’Intérieur vendredi a attiré les critiques de l’industrie de l’énergie.

Jeffrey Eshelman, directeur de l’exploitation de l’Independent Petroleum Association of America, a accusé Biden de lancer un « message mitigé » sur la politique énergétique.

« Cette administration a demandé plus de pétrole aux pays étrangers, blâmant les producteurs d’énergie américains pour les baisses de prix et les baux », a déclaré Eshelman dans un communiqué. déclaration. « Maintenant, dans une annonce de vacances tardive, sous pression, il annonce une vente de bail avec des augmentations de redevances importantes qui ajouteront de l’incertitude aux plans de forage pendant des années. »

Biden a pris des mesures pour faire baisser le prix à la pompe ces dernières semaines. Fin mars, il a annoncé son intention de libérer environ 1 million de barils de pétrole par jour de la réserve stratégique de pétrole pendant six mois pour endiguer les hausses de prix dans ce qu’il a appelé un « pont de guerre ». La semaine dernière, Biden a dévoilé son intention d’augmenter la production et la vente d’essence mélangée à de l’éthanol.

Vendredi, le ministère de l’Intérieur a déclaré que le nouveau bail s’accompagnerait d’un taux de redevance de 18,75%, en hausse par rapport au taux précédent de 12,5 qui, selon les critiques, était bien inférieur à ce que les sociétés énergétiques paient pour forer la plupart des terres de l’État.

« Aujourd’hui, nous commençons à restaurer comment et ce que nous voyons comme l’utilisation la plus élevée et la meilleure des ressources américaines au profit de toutes les générations actuelles et futures », a déclaré la secrétaire à l’Intérieur Deb Haaland dans un communiqué.

Laisser un commentaire