La sécurité nationale saisit des artefacts sud-asiatiques volés à la galerie d’art de Yale

Treize artefacts d’origine sud-asiatique ont été confisqués par des responsables de la sécurité intérieure après une enquête sur les rapports du marchand d’art en disgrâce Subhash Kapoor.


Guillaume Porayouw

12:34, 11 avril 2022

Journaliste du personnel



Tim Tai, photographe personnel

Le Département de la sécurité intérieure a récemment saisi 13 artefacts de la Yale University Art Gallery, ou YUAG, soupçonnés d’avoir été passés en contrebande par un marchand d’art en disgrâce.

Les pièces, d’origine indienne et sud-asiatique, auraient été volées par le marchand d’art Subhash Kapoor. Kapoor, reconnu coupable en 2012 d’avoir pris des antiquités dans des temples du sud de l’Inde dans le cadre d’un programme de contrebande internationale de 100 millions de dollars, a ensuite vendu ces artefacts volés à de grands musées d’art du monde entier, notamment la National Gallery of Australia et le Toledo Museum of Art. Treize de ces artefacts de contrebande se sont retrouvés au YUAG, qui est reconnu comme la plus ancienne galerie d’art universitaire de l’hémisphère occidental.

« L’Université de Yale, après avoir reçu des informations indiquant que les œuvres d’art de ses collections ont été volées dans leur pays d’origine, a livré les œuvres le 30 mars 2022 au bureau du procureur du district de New York, qui coordonnera le rapatriement des objets plus tard cette année », lit-on dans une déclaration publique publiée par YUAG. « Yale était heureuse de travailler avec le bureau du procureur de district sur cette affaire importante. »

Les antiquités confisquées par le Département de la sécurité intérieure comprenaient une statue en grès du Xe siècle de Kubera, le dieu hindou de la richesse, ainsi qu’une arche en marbre connue sous le nom de Parikara – évaluée par les enquêteurs à 550 000 $ et 85 000 $ respectivement.

Selon l’Université, le procureur du district de New York a fourni la preuve que les artefacts confisqués constituaient des biens volés en février 2022 ; les preuves ont été recueillies grâce à des informations non disponibles dans le domaine public. Au moment où les responsables de l’université ont été informés des préoccupations concernant les artefacts, Yale avait déjà mené des recherches sur leurs origines.

Selon Homeland Security, les artefacts ont été identifiés comme « liés à Subhash Kapoor ou à ses fournisseurs à l’étranger ». Les 13 artefacts au total étaient évalués à 1,29 million de dollars, et neuf de ces articles ont été donnés à l’Université par la Fondation Rubin-Ladd, qui a été liée au réseau de contrebande d’art de 143 millions de dollars de Subhash Kapoor.

Ce n’est pas la première fois que les artefacts de Kapoor font l’objet d’une enquête pour des liens avec le pillage. En 2008, Kapoor a vendu une statue en bronze du XIe siècle de Dancing Shiva d’une valeur de 5,6 millions de dollars à la National Gallery of Australia. Il a été découvert plus tard que la statue aurait été volée dans un temple indien situé au Tamil Nadu.

Le 30 mars, l’Université a volontairement rendu les artefacts lorsque le bureau du procureur du district de New York a signifié les objets avec un mandat de perquisition et de saisie.

« Yale s’engage dans la recherche de provenance et accueille favorablement les informations sur l’historique de propriété des objets de sa collection », lit-on dans un communiqué de l’administration universitaire, envoyé par la coordinatrice des communications du YUAG, Janet Sullivan.

La galerie d’art de l’université de Yale a été fondée en 1832.




WILLIAM PORAYOUW




William Porayouw est responsable des affaires internationales chez Yale et fait partie de l’équipe d’entreprise YDN. Originaire du sud de la Californie, il est étudiant de première année au Davenport College, spécialisé en éthique, politique et économie.

Laisser un commentaire