La culture cinématographique évolue

John Hallwas

Le récent programme des Oscars, avec sa popularité moins que d’habitude, a une fois de plus attiré l’attention sur l’impact changeant des films dans la culture américaine. Autrement dit, ils étaient autrefois beaucoup plus célèbres et influents qu’ils ne le sont aujourd’hui. En fait, un récent article de Ross Douthat dans le « New York Times » du 27 mars s’intitulait « Est-ce la fin des films ? » Comme il le souligne, « ce qui semble terminé, c’est The Movies : le divertissement sur grand écran en tant que forme d’art populaire d’Amérique centrale, le principal moteur de la célébrité américaine, le principal espace d’inspiration des acteurs et des conteurs américains. . . . « 

Il était particulièrement préoccupé par le déclin des films en tant qu’expérience culturelle partagée, diffusée localement sur les grands écrans. Ou comme il le dit, comme pour les films de cette année, « presque personne n’est allé les voir au cinéma ». Bien sûr, cela est le résultat de nombreux développements technologiques, notamment la télévision, les magnétoscopes, les ordinateurs et Internet. Douthat mentionne également l’essor des « films de super-héros… ciblant largement les goûts et les sensibilités des adolescents », qui sont souvent bien financièrement mais pas convaincants pour de nombreuses personnes âgées. En effet, certains films portent désormais peu sur notre expérience humaine complexe.

Laisser un commentaire