Arooj Aftab , chanteur pakistanais primé aux Grammy Awards sérénade à Coachella

Publié le: Modifié:

Indio (Etats-Unis) (AFP) – Fraîchement sortie de sa victoire historique aux Grammy Awards, la chanteuse pakistanaise basée à Brooklyn Arooj Aftab a ajouté une autre plume à sa casquette avec ses débuts au très médiatisé festival de musique Coachella.

Elle a honoré le désert californien avec un set centré sur son lyrisme mélodieux en ourdou, un mouvement qui a brisé les barrières en devenant la première Pakistanaise à jouer au prestigieux festival.

Pour l’Aftab, la barrière de la langue n’existe plus : « C’est une porte qui s’est ouverte ».

L’homme de 37 ans – qui vient de sortir une reprise de « Di mi nombre » de la révisionniste espagnole de flamenco Rosalia – voit une révolution dans la musique populaire, avec des artistes qui traversent librement les genres et les frontières.

« Il y a un mouvement en cours dans l’industrie de la musique en général », a-t-il déclaré à l’AFP basé à Coachella, où il a offert une présentation émouvante de son travail qui mélange les anciennes traditions soufies avec des inflexions de folk, de jazz et de minimalisme.

« Le public et les musiciens créent de la musique et le public écoute de la musique avec une grande liberté d’esprit. Moins de genre-genre, moins de frontières », a-t-il déclaré.

« C’est tellement gratuit, ouvert et vraiment, vraiment cool. »

Il remercie la communauté Latinx d’avoir fait d’énormes progrès à cet égard, citant Rosalia ainsi que Becky G, Karol G, J. Balvin et Bad Bunny comme influenceurs dans la transformation.

« Le mouvement trap a définitivement changé la façon dont les auditeurs écoutent », a déclaré Aftab, faisant référence à l’explosion du hip hop du sud des États-Unis qui a ensuite fait son chemin en Amérique latine et a fusionné avec le reggaeton.

La vague de musique latine sur les ondes américaines et les plateformes de streaming en particulier « a créé une grande ouverture dans l’esprit des auditeurs en Amérique », a-t-il poursuivi.

« Maintenant, ils écoutent de la musique qu’ils ne comprennent pas, et ce n’est pas grave ! Ils adorent ça. C’est un grand pas. »

Aftab a déclaré que l’ouverture lui a permis de se sentir plus libérée avec ses propres créations, diffusant une musique basée sur les émotions, sans limites.

« C’est une musique personnelle », a-t-il déclaré. « Ce n’est pas » mon pays, mon pays « , c’est de la musique mondiale. C’est tout ce que nous entendons, ce sont tous les gens que nous rencontrons. »

« Tout ce qui fait chanter mon cœur est dans la musique. »

‘Du tout’

Avec trois albums studio, Aftab est entrée dans l’histoire il y a quelques semaines en devenant la première chanteuse solo pakistanaise à obtenir un Grammy, gagnant pour sa chanson « Mohabbat » dans la catégorie Meilleure performance mondiale.

La chanteuse pakistanaise Arooj Aftab avec sa meilleure performance musicale mondiale lors des 64e Grammy Awards
La chanteuse pakistanaise Arooj Aftab avec sa meilleure performance musicale mondiale lors des 64e Grammy Awards Patrick T. FALLON AFP / Dossier

Elle a également été nominée dans le prestigieux domaine du meilleur nouvel artiste, bien que ce prix ait été, comme prévu, la sensation pop Olivia Rodrigo.

Mais Aftab se prélasse dans le moment de la reconnaissance, savourant ses distinctions de carrière et ses deux dates de performance au festival principal de Coachella.

« C’est vraiment génial, c’est un moment fort – c’est un moment important de ma carrière », a déclaré le chanteur. « J’ai travaillé pour ce moment et j’ai imaginé que ce moment viendrait ou non. »

« Et il l’a fait ! Ce qui est miraculeux.

Il est également ravi d’être à nouveau devant le public en direct, avec le retour de Coachella après une interruption de trois ans induite par la pandémie.

Présentant des artistes du monde entier, l’affiche Coachella 2022 reflète la mondialisation de la musique et la fluidité du genre.

Pour Aftab, c’est une grande victoire : « C’est une porte qui s’est ouverte, c’est sûr ».

« Et je laisserai la porte ouverte, c’est sûr. »

Laisser un commentaire